Pages en or

Lire, ecrire, laissez parler vos sentiments.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marie D

avatar

Féminin Nombre de messages : 105
Age : 32
Localisation : Dans une pile de bouquins, chez moi ou à la bibliothèque
Livre coup de coeur : Le Seigneur des Anneaux, les Thanatonautes (Bernard Werber), La Nuit des Temps (Barjavel)
Date d'inscription : 25/10/2008

MessageSujet: Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)   Sam 29 Nov - 18:14

Voilà le début d'un livre d'heroic fantasy que j'ai commencé adolescente, mais que je reprends entièrement. En fait le début était vraiment chiant et mon personnage un peu neuneu! Alors je recommence tout, et c'est long parce que j'avais plus d'une trentaine de pages! En plus j'ai eu la bonne idée de faire ça en trois livres (vive les trilogies!) et d'exploter mon histoire à fond: mythologie, langages, peuples avec us et coutumes, villes et palais, bref j'en ai pour des années. En plus je vais probablement faire des chroniques sur des personnages secondaires que je ne pourrai pas approfondir. Et j'ai déjà une suite bien entamée, qui est de la low fantasy (je sais, je fais beaucoup de choses en même temps, mais je ne peux pas m'en empêcher!) Bref il y a au moins neuf ouvrages à écrire ou entamés! Pauvre de moi! Bon c'est ma faute en même temps j'aime pas faire les choses à moitité!
Bon j'ai raconté ma vie, maitenant je vous montre mon début d'Enfen. Dites-moi si c'est encore chiant, ce qu'il faut que je change, car ce début est très dur pour moi je ne sais pas pourquoi!
Ah: j'adore les longues descriptions! Alors pour ceux qui n'aiment pas ça, soyez pas trop méchants! Merci!


Chapitre premier: Enaefen.



Une île. Une île entourée d’une mer azur semblant s’étendre à l’infini, aux vagues rugissantes. Des vagues qui semblent soudainement domptées par la lumière rougeoyante émergeant de l’horizon. Une lumière puissante, qui impose à tous les éléments de s’arrêter, le temps qu’Elle se présente enfin, dans toute sa splendeur. Elle, c’est l’Ondalif, l’astre le plus étincelant au centre duquel se trouve le majestueux dieu Solien. Car c’est lui l’origine de cette beauté stupéfiante. Solien monte lentement dans le ciel, bénissant tout d’une chaleur bienveillante, et alors les éléments reprennent leur cacophonie harmonieuse. Les vagues se brisent à nouveau sur les récifs au large, les oiseaux piaillent en volant, le vent balaie la cime des arbres qui bordent la plage, le sable crisse sous les doigts de l’être qui contemple la naissance de l’aube, qui examine ce qui l’entoure.
« Voilà mon monde »murmure-t-il.
Il est assis sur la plage, et ses longs cheveux aussi blonds que les minuscules cristaux qui courent entre ses doigts fins, virevoltent autour de lui, bercés par une légère brise marine qui semble murmurer à ses belles oreilles pointues des mots doux dans un langage que seuls les dieux peuvent comprendre, mais qui sonnent comme une poésie de l’ancienne époque. Ses yeux d’un bleu profond fixent un point invisible, au-delà de l’étendue que son peuple appelle la Fen, l’Onde.
Le vrai nom de cette mer ? Il l’ignore, tout comme il ignore son passé. Il voudrait bien le connaître, mais personne jusqu’ici n’a voulu lui en parler. Ce passé est resté, abandonné, sur le continent. Car le peuple à la peau pâle n’a pas toujours vécu ici, en autarcie, loin des autres peuples. Ils vivaient sur le continent autrefois, il y a deux mille ans. Le peuple des Fen. Mais un évènement tragique les avait contraints à fuir loin de leur cité. Depuis ils n’étaient plus que des exilés, les Aefen. Un nom qui est le symbole de ce qu’ils furent autrefois. Il n’est plus à présent qu’un vestige du passé, le « peuple hors de l’Onde ».
Et lui, ce jeune homme qui cherche dans le bleu de la mer à savoir qui il est, se nomme Enaefen, le « Fils des Exilés ». Pourquoi ? Comment ? A quoi ressemblait donc la grande cité des Fen, dont tout le monde refuse de parler ? Y retourneraient-ils un jour ? Toutes ces questions tournent et retournent dans l’esprit du jeune elfe qui malheureusement ne parvint à se rappeler sa vie avant Araefen, cette île.
Il avait douze ans lorsque l’exil avait commencé, lorsque son peuple débarqua un jour d’automne, alors que la mer déchaînée semblait vouloir les engloutir. Beaucoup d’entre eux étaient morts ou avaient disparu dans les gigantesques vagues, mais la plupart parvinrent à cette terre isolée. Mais de ses douze premières années, l’elfe ne se rappelait de rien. Le seul élément qui lui restait de son passé était son ancien nom, Enfen, le Fils des Fen, et leur fuite désespérée. Il était incapable de se souvenir de sa vie avant la guerre, ni même de ses parents, victimes comme beaucoup d’autres de la terrible nuit où tout a basculé pour les elfes. Aucun souvenir donc si ce ne sont ces rêves étranges, où il voit sans cesse la même chose: une femme sans visage qui parle une langue inconnue.
Mais qu’importe, car Enaefen a pris depuis longtemps sa décision. Depuis sa majorité, à deux mille ans. Il y a douze ans de cela. Sûrement est-ce un signe.
Il va partir. Rejoindre la terre de ses ancêtres. Comprendre ce qui s’est passé. Et réparer les erreurs, mais surtout guérir les blessures. Il le sent, c’est son devoir.
Aller là-bas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie D

avatar

Féminin Nombre de messages : 105
Age : 32
Localisation : Dans une pile de bouquins, chez moi ou à la bibliothèque
Livre coup de coeur : Le Seigneur des Anneaux, les Thanatonautes (Bernard Werber), La Nuit des Temps (Barjavel)
Date d'inscription : 25/10/2008

MessageSujet: Re: Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)   Jeu 11 Déc - 17:09

Ainsi la lumière avait empli le ciel, et ce jour de printemps ne paraissait pas jusque là différent des autres. Le jeune elfe regardait d’un oeil rêveur les fines vagues s’écraser tout en douceur sur les rochers du bord nord de la plage dans un bruit de roulis réconfortant. Il ferma les yeux et s’allongea sur le sable doux.
Il lui sembla plonger dans un semi sommeil quand il entendit une voix douce à son oreille. Une femme… Il ouvrit les yeux et s’aperçut qu’il était à présent dans une clairière qu’il lui semblait déjà connaître. Mais où? Pas sur l’île, il en était sûr. Les feuillages filtraient la lumière et c’est de la demie pénombre qu’il perçut à nouveau la voix, plus distinctement cette fois. Il vit des doigts se poser sur ses lèvres, et la jeune femme dit: « Cela va bientôt arriver… » Puis elle entonna un chant dans un langage inconnu, dont il n’entendit pas la fin. La voix devint un murmure, et se perdit dans le souffle du vent qui venait de se lever. Grisé par la douceur de la main de la jeune inconnue et par l’ambiance apaisante de la forêt, Enaefen tourna la tête pour découvrir qui était cette mystérieuse femme, mais il ne vit qu’une ombre, une silhouette.
Alors qu’elle s’avançait dans la lumière, un son étrange le sortit de sa torpeur, et il se retrouva à nouveau sur la plage. Il lui fallut un moment pour reprendre ses esprits.
Non loin de lui, un animal semblait se débattre dans le sable. Enaefen se redressa mais, inquiet, il n’osa approcher. L’étrange petite créature parvint alors à se remettre sur ses pattes. C’était le plus magnifique animal qu’il ait été donné de voir au jeune elfe. Un oiseau entièrement blanc. Le corps gracile et gracieux, un bec allongé, pointu mais élégant, un regard empreint de douceur. Pour l’elfe, qui ne connaissait que les mouettes et les goélands, la présence de cet oiseau si petit était un mystère.
L’animal semblait mal en point. Le bec grand ouvert, il respirait fort, et marchait en claudiquant. Enaefen, sa surprise passée, s’empara de la créature qui ne réagit pas. Elle semblait être habituée. A deux pas de la plage, la rivière qui coupait l’île en deux se jetait dans la mer. Enaefen s’y dirigea, afin de donner à boire à l’oiseau assoiffé. Il s’assit sur un rocher et puisa l’eau limpide dans sa main, qu’il porta au bec de l’animal. Celui-ci but de grandes rasades, si bien que le jeune homme dut prendre de l’eau plusieurs fois. L’oiseau, en meilleure forme, sauta de la main du jeune homme et entreprit sa toilette au bord de l’eau. Une fois lustrées, ses ailes semblaient briller comme si elles étaient faites de diamants. C’est peut-être le cas, se dit Enaefen. Cet oiseau est tellement extraordinaire…
Son nettoyage effectué, il se dirigea d’un pas plus assuré vers l’orée du bois et commença à grignoter les fruits tombés des arbres. Enaefen l’observait, se demandant toujours comment il avait pu arriver là. Il n’y avait pas de terres à des kilomètres à la ronde! Que faisait-il donc sur son île?
Pendant qu’il s’interrogeait, l’oiseau se rapprocha de lui et, l’elfe étant assis en tailleur, il sauta sur son genou, présentant sa patte droite, celle qui le faisait boiter. A cette patte, un anneau de métal. Accroché à cet anneau, un petit tube de cuir fermé aux deux extrémités. L’être blanc semblait vouloir qu’on le lui enlève. Enaefen s’exécuta. Lorsqu’il prit l‘objet, un des deux bouchons tomba. A l‘intérieur se trouvait un petit papier roulé. Enaefen le fit glisser dans sa main. Il le déplia, et vit un message. Ou ce qui semblait l’être. Car jamais Enaefen n’avait vu telle écriture: des signes étranges, des entrelacs, rien de connu pour lui.
« C’est ça que tu voulais que je vois ? Mais je n’y comprends rien! »
Il regarda alors plus en détail le message, sentant une sorte de magie émaner de lui, et enregistra dans sa tête les symboles étranges, qui lui semblèrent alors familiers.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Ages Sombres_ Livre I: Enfen (heroic-fantasy)
» ROMANS D'HEROIC FANTASY
» Les livres d'Heroic Fantasy qui vous ont marqués
» La BD et l'heroic fantasy
» L’heroic fantasy au cinéma

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pages en or :: Plaisir d'écrire :: Romans-
Sauter vers: